02/07/2017

Le chat

Il était une fois un chat à trois pattes,

plutôt laid et plus très jeune.

Véritable chat de gouttière, malin comme un singe,

 

Résultat de recherche d'images pour "chat de gouttière gris"

 

il connaissait toutes les ficelles,

toutes les combines pour vivre dans la rue comme un prince.

Dans son quartier, il avait ses habitudes.

Dès l’aurore, il rendait visite au boulanger qui lui gardait toujours une gourmandise de choix.

En échange, il s’occupait de la sécurité des lieux.

Avec lui, aucune souris ne traînait dans les parages.

Il lui manquait une patte, certes, mais ne vous y trompez pas,

ce chat avait plus d’un tour dans son sac.

 

Résultat de recherche d'images pour "chat de gouttière gris"

 

Certains habitants du quartier lui attribuaient

même des pouvoirs magiques.


Après sa friandise matinale,

il traversait le boulevard pour se rendre chez Madame Lucienne

qui tenait le bistrot à l’angle de la rue du 1er mai,

à deux pas du fleuriste.

Sur le comptoir en zinc, l’attendait sa coupelle de lait et les caresses des habitués qui, avant d’aller au turbin,

buvaient un dernier café tout en discutant politique ou tiercé.

Il l’aimait bien M’dame Lulu comme on la surnommait.

Il restait quelques heures chez elle pour lui tenir compagnie,

entre les tables en formica et l’odeur de tabac.

Madame Lucienne avait des enfants,

mais ils ne vivaient plus dans la région

et venaient de moins en moins souvent la voir.

Le temps qui passe laisse derrière lui des chaises vides que l’absence s’empresse d’occuper. 


L’après-midi était réservée à la culture.

En effet, ce chat à trois pattes avait ses entrées au vieux cinéma situé place des tilleuls.

Les films d’animation retenaient son attention, avec une préférence bien entendu pour « Les Aristochats ».

Mais ce qu’il appréciait le plus,

c’était le parfum des livres qu’il retrouvait en fin de journée dans la librairie des frères Monier.

Il s’étirait de tout son long sur les présentoirs recouverts de romans et d’essais, préambule à sa sieste littéraire.

Puis à la nuit tombée, notre chat érudit regagnait les toits avec une agilité souveraine et du haut des immeubles

il contemplait les étoiles venues saluer son royaume.


Tel était le quotidien de ce félin atypique,

jusqu’à la révolution.

Tout a été si vite.

Les loyers ont commencé à augmenter, sans limite,

obligeant les commerçants à fermer boutique.

Le chat les a vus partir, les uns après les autres.

Fini la boulangerie, fini le fleuriste,

les frères Monier et cette chère M’dame Lulu.

Ils n’ont rien pu faire.

Sans commerce, les habitants n’ont pas tardé à suivre, d’autant plus que le prix du mètre carré avait flambé.

Le quartier du chat à trois pattes, ce petit village caché dans la ville s’était métamorphosé.

À l’angle de la rue du 1er mai,

se trouvait désormais une agence bancaire,

sur le boulevard des compagnies d’assurance,

quant à l’ancien cinéma...

La place des tilleuls n’avait plus aucune ombre.

Elle était devenue un parking

 le cinéma un complexe sportif « High Tech »,

avec tapis de course équipés d’écrans

aux images de natures insipides

et de diffuseurs de substances chimiques permettant à l’utilisateur de choisir entre fraises des bois,

saveurs marines, etc., etc.

Bref, une véritable révolution mais chic celle-ci,

tendance et clinquante.


Dans ce petit monde, le chat à trois pattes

était devenu un sans-abri.

Les portes demeuraient closes pour lui.

Chaque immeuble possédait son code d’entrée.

Il fallait montrer patte blanche et il faut croire que c’est cette patte-là qui manquait à notre chat.


Parmi les nouveaux habitants,

certains lui lançaient des regards méprisants.

Il y en a même qui estimaient qu’un vieux chat estropié n’avait rien à faire ici, chez eux.

Une rumeur commençait à se répandre selon laquelle cet animal portait malheur.

Mais le chat à trois pattes s’en amusait.

Quelquefois, il trempait légèrement ses coussinets dans les flaques abandonnées par la pluie,

puis grimpait sur les berlines de luxe rutilantes.

 

Image associée

 

Le résultat en agaçait plus d’un, à tel point que des propriétaires rageurs ont souhaité le voir disparaître.

Alors ils se sont organisés, ont mis en place des rondes,

des pièges,

offrant même une récompense à celles et ceux qui contribueraient à leur macabre projet.


Au bout d’une semaine,

les berlines avaient retrouvé tout leur éclat.

Plus aucune trace du chat à trois pattes.

Personne ne savait réellement ce qui lui était arrivé et de toute façon personne ne souhaitait en parler.

Face aux questions, il n’y avait que des regards baissés.

Le sujet était devenu tabou et l’affaire classée.


Les résidents avaient obtenu ce qu’ils voulaient,

des rues et des boulevards nets,

débarrassés de tout intrus, des nuisibles.

Mais un jour où tout semblait si parfait,

une souris fit son apparition,

 

Image associée

 

suivie de deux autres, puis cinq, puis neuf, puis des dizaines.

Elles sortaient de toute part,

soufflant un vent de panique dans le quartier chic.

Devant un tel afflux,

les habitants désemparés décidèrent de faire leurs valises

et de quitter les lieux au plus vite.

Ils étaient en quelque sorte devenus à leur tour les indésirables.

Même l’agence bancaire,

les compagnies d’assurance et le complexe sportif

ont dû baisser le rideau.


Une fois tout ce beau monde parti,

les loyers redevenaient abordables.

Peu à peu, le quartier reprenait vie.

Chaque mercredi, un marché occupait la place des tilleuls

et de nouvelles boutiques fleurissaient ici et là.

Évidemment, ce n’était plus l’atmosphère d’antan,

celle de l’époque de Madame Lucienne et des frères Monier.

Les immeubles avaient gardé leurs codes d’entrée.

Mais les gens sortaient davantage et prenez volontiers le temps de prendre un café tout en discutant politique

ou paris sportifs.

 

Résultat de recherche d'images pour "chat de gouttière gris"
Et les souris me direz-vous ?

Elles avaient disparu, comme par magie.

Mais était-ce réellement un tour de passe-passe ?

Toujours est-il qu’à la nuit tombée,

on apercevait parfois une ombre singulière qui regagnait les toits

 

Résultat de recherche d'images pour "chat de gouttière gris"

 

pour contempler les étoiles venues saluer le nouveau royaume.

Les commentaires sont fermés.